Naissance d'une Passion

Lorsque j'étais encore bébé, mes parents ont recueilli le chien d'un aïeul ; il s'agissait d'une gentille femelle type braque qui répondait au nom de Diane. Elle fut très vite surnommée par mes babillements enfantins "Ma D.A.". Malheureusement, à l'aube de mes 4 ans, elle mourut brusquement d'un empoisonnement mystérieux. Mes parents chagrinés par ce départ brutal et occupés par leur métier, décidèrent de ne pas reprendre de chien. Pourtant mon rêve était né : avoir un chien ; compagnon de jeu, un confident à câliner ...

Les années passèrent et c'est tout à fait par hasard que le rêve de ma plus tendre enfance pris forme lorsque j'avais 21 ans. Je travaillais alors pour occuper mes étés dans une ferme de production laitière. Les vaches de l'exploitation étaient conduites par  des chiens de type berger des pyrénées (à l'époque je ne connaissais pas le nom) et des borders. L'été était déjà bien avancé quand le fermier vit un jour sortir d'une étable 6 petites choses à 4 pattes qui marchaient tout juste ! Comme il n'était pas question pour lui ni de garder ni de nourrir ces chiots, je me proposai sur le champ pour leur trouver une famille. Inexpérimentée et pleine d'illusions, je plaçais 5 des chiots et gardais une toute petite femelle noire que je bâptisais Grislie : une petite chose toute frêle avec un nom d'ours si fort ! Je crois aujourd'hui que je fis avec cette chienne toutes les erreurs que l'on peut faire en matière d'éducation canine. Et pourtant une fabuleuse relation de complicité s'est établie entre ce petit être espiègle et moi. Avant de s'éteindre le 24 décembre 2004, emportée par la maladie, Grislie m'avait donnée la passion du berger des pyrénées. Je décidai alors d'aller plus loin et d'acquérir un chien LOF. Après avoir lu un de ses ouvrages, je contactai Jacques Coly et fit l'acquisition de Victoria du Courtaou. Soucieuse de ne pas reproduire les mêmes erreurs d'éducation, je m'empressai de m'inscrire au club canin de ma région... Outre l'éducation, j'ai ensuite pratiqué l'agility, quelques séances de travail sur troupeau pour juger de son atavisme et enfin le pistage.

Cette race me passionna tellement que j'ai alors voulu aller plus loin et créer mon propre élevage. J'ai toujours rêvé des bergers des pyrénées de couleur "arrouye" (rouge) et c'est tout naturellement que l'élevage du Pic d'Arrouyette est né dans la campagne sarthoise au pied des Alpes mancelles !